La bonne facon de manger web
02 05 2016

Les aliments interdits : comment les éliminer en 3 étapes ?

Gluten
Lactose
Junkfood

Les bonnes habitudes peuvent se prendre dès que vous l’avez décidé. Ça ne coûte rien d’essayer : le sevrage du gluten et de la caséine donne des effets positifs en une quinzaine de jours : fini les ballonnements et la fatigue, pour commencer ! Au bout de trois mois, vous voyez vraiment une différence.

Une fois que vous aurez décidé de commencer, ce sera facile. Au début, il suffit d’apprendre à distinguer les aliments permis. Vous commencerez par perdre un peu de temps à lire leurs étiquettes, puis vous connaîtrez par coeur ceux que vous pouvez manger sans danger. Les magasins de diététique proposent des gammes de produits sans gluten et sans caséine qui vous simplifieront la vie. Préférez tout de même les produits naturels non transformés. Et vous découvrirez de nouveaux goûts qui vous ouvriront un monde nouveau !

Première étape

Commencez par noter, durant une semaine, tout ce que vous mangez, pendant et en dehors des repas. Notez tout : c’est indispensable pour vous faire prendre vraiment conscience de votre façon de vous nourrir.

En même temps, notez vos sensations après les repas : comment vous sentez-vous : actif ou endormi? Le ventre plat ou ballonné? Léger ou repu? Rassasié ou écoeuré?… Après quelques semaines d’une alimentation saine, il sera intéressant de comparer ces sensations avec celles que vous éprouverez alors.

En même temps, familiarisez-vous avec la lecture des étiquettes pour dépister les achats interdits (voir ci-dessous). À la fin de la semaine, reprenez vos menus jour par jour et soulignez tous les aliments qui contiennent du gluten et de la caséine. Quelle proportion représentent-ils dans votre alimentation?

Deuxième étape

Commencez à faire vos courses autrement : éliminez systématiquement tout ce qui contient du gluten et de la caséine. En revanche, favorisez les légumes et fruits frais, les poissons frais, l’huile d’olive, la tomme sèche de chèvre, la fécule de maïs, le pain sans gluten, les biscuits et gâteaux sans gluten et sans lactose (évitez tout de même d'acheter des biscuits industriels) …Vous ne pourrez acheter que des viandes issues d'élevages irréprochables, c'est à dire ayant été élevées aux herbages et non pas nourries aux ensilages (mais, soja). Si vous n'êtes pas sûrs, il vaut mieux ne pas en acheter. Il vaut mieux mieux un beurre cru bio par exemple la marque Bernard Goborit plutot qu'une margarine même bio.

Pendant que vous y êtes, adoptez les bonnes habitudes de cuisson des aliments – sachant que la meilleure est celle à la vapeur douce, et proscrivez totalement la cuisson ou le réchauffage au micro-ondes.

Mais ne faites pas une cuisine pour vous et une autre pour le reste de la famille : en expliquant les risques d’une alimentation riche en gluten et en laitages à vos proches, vous les inciterez à participer. Passez un contrat avec eux: on essaye pendant un mois et puis on voit !


LES ALIMENTS INTERDITS :

  • LES CÉRÉALES ET FARINES 
    Blé (froment, kamut, épeautre), orge, seigle (et leurs dérivés sous forme d'amidon, de farine, de semoule et de flocons), pâtes, raviolis, gnocchis, pain (tous types), pain azyme, pain d’épices, biscottes et viennoiseries, chapelure, beignets, toutes les tartes et gâteaux, biscuits salés et sucrés, crêpes.

  • LES PRODUITS LAITIERS
    Lait et lait aromatisé, yaourt, petits suisses, fromages à pâtes dure et molle, fromages à tartiner et fromage frais, flans, crèmes, laits gélifiés, glaces et desserts glacés, quenelles.

  • LES VIANDES ET VOLAILLES
    Toutes les viandes et volailles panées et en croûte, toutes les viandes hachées non spécifiées “pur boeuf”, toutes les conserves de viande,tous les plats de viande industriels.

  • LES CHARCUTERIES
    Boudin noir et blanc industriel, pâté en croûte, friands, quiches, bouchées à la reine, pizzas et raviolis, farces industrielles, pâtés, crème ou mousse de foie.

  • LES POISSONS
    Tous les poissons farinés ou panés, surimi, quenelles, tous les plats au poisson industriels.

  • LES MATIÈRES GRASSES
    Beurres pasteurisés bio ou non et toutes matières grasses allégées.

  • LES LÉGUMES
    Plats tout prêts industriels, pommes dauphines, conserves cuisinées.

  • LES FRUITS
    Oléagineux grillés à sec, figues sèches, pâtes de fruits.

  • LE SUCRE
    Tous les sucres même non raffinés sauf le sucre de fleur de coco, le xylitol ou l'érythritol. LES BOISSONS Bière et panaché, certaines boissons en poudre.

  • LES CONDIMENTS
    Mélanges d’épices moulues non bio, certains currys et moutardes, sauce soja (préférez le tamari bio).

Troisième étape

Vous avez bien intégré les principes de votre nouveau mode alimentaire, vous perdez de moins en moins de temps à la chasse au gluten et aux laitages, et vous commencez à en ressentir les effets positifs : vous digérez mieux, vous vous sentez plus active dès le lever, vous n’avez plus envie de sommeiller au début de l’après-midi, vous dormez mieux la nuit, vous avez moins de maux de tête et, éventuellement, de bouffées de chaleur… En soi, c’est votre première récompense !

Vous avez également constaté que vous mangiez plus raisonnablement : vous ne vous jetez plus sur la nourriture et vous êtes plus exigeant sur la qualité des aliments. C’est tout simplement parce que vous assimilez mieux les nutriments. Votre organisme et votre cerveau, enfin satisfaits, n’ont donc plus besoin de vous pousser à manger n’importe quoi pour en trouver ailleurs.

Vous pouvez vous projeter dans l’avenir et vous engager pour trois mois supplémentaires. Au bout de cette période, si tout va encore mieux – si vos symptômes plus lourds ont disparu –, vous allez vous autoriser quelques écarts maîtrisés. Il sera en effet intéressant de réintroduire dans un repas, une fois du gluten et une autre fois des laitages, pour observer vos réactions le lendemain: êtes-vous à nouveau plus fatigué, plus nerveux, avez-vous moins bien digéré?… Cet essai vous donnera des indications intéressantes.

Dès lors, l’idéal est de conserver la base d’une alimentation centrée sur les produits frais, locaux et issus d'une agriculture responsable, le plus souvent possible cuits à la vapeur douce.


D'après Réussir son enfant pour la vie, aux Editions Jouvence, Marion Kaplan

Tumblrhd 238dcffbe74b63deea20964786f51259e43405c9cf5dfd0b1ed52cbf981b4c11Pinterest square edd4fedd3e079cfd6765dda04ff0bfa62789195b2c6534a31c7d949fc0e2ef5bFacebook square 2691a41c103a52e778e64208b2498dcf9c878e63fa60229bd121e33a168f3ec3Mail square 342a9b94755333d36b33ae1be9969abf0f56015f4e663ef4a88dcd5095a4ab39Print square 036eb7653b7ca8e5943fd2525f6f3dcc11d0d8576629c4f1d7d205c6459e43deFbcom square 85e28d7258e45ca7b0250aaaf513e345fbf290e79536fef75f8ca5309e9ad34c