Sylvie albrand bolmont bandeau
Sylvie Albrand-Bolmont
De l’herbe à la petite pousse
Tumblrhd 238dcffbe74b63deea20964786f51259e43405c9cf5dfd0b1ed52cbf981b4c11Facebookhd 78984a3e40aefc95463493fab6aaa6de9f65f354f66fbdd65a2bb47b7ff84863Mail 34d1415e149b134286ada50e1c9d6958de34da29a6358d368dc66b3e183f84c4Imprimerhd 2bb5cc271ae2555f472cb5176a35f30a36716c6f43745dc970ef1cdf489e0999Commentaireshd 98534d2c4693722613b6d70884be7ff1ea7a22d14dc4be79b5b37accc69fa757
Sylvie Albrand-Bolmont se définie elle-même comme une passionnée avant même de se qualifier de productrice ou d’agricultrice. Si rien ne semblait la prédestiner à cette activité, c’est pourtant là qu’elle exulte.

Elle débute par la culture de légumes et découvre le panel de certaines espèces comme les tomates dont elle va élever plus de 80 variétés différentes. Les souvenirs d’enfance et sa difficulté à trouver des herbes aromatiques, la pousse à s’intéresser à ces plantes indispensables à la cuisine. Là encore, elle découvre l’étendue des variétés de certaines espèces comme la menthe ou le basilic et les décline pour assouvir sa passion. Ce que l’on nomme les jeunes pousses sont les toutes premières feuilles (les cotylédons) qui apparaissent à la pousse.

Petit à petit les chefs s’intéressent à ses productions. Aujourd’hui elles collabore avec bon nombre d’entre eux, qu’elle connaît tous individuellement : « ils me comblent et le font de beaux cadeaux. Mes clients, c’est ma chair » précise-t-elle.

Lorsque Sylvie parle de ses herbes aromatiques, elle n’évoque pas le persil, le basilic traditionnel ou encore la ciboulette, elle parle des têtes de basilic ou des têtes de Périlla. « Tous mes aromatiques sont mes bébés et j’aurais du mal à en privilégier un plus que l’autre ». Lorsqu’elle fait son assolement de l’année, elle choisit ses plantes en fonction de son humeur, délaissant certains végétaux qu’elle prendra encore plus de plaisir à recultiver l’année suivante.
95° by...